Résultat de la présidentielle à Saint-Denis (97400) [DEFINITIFS] - Election 2017

Annonces Google

Résultat de la présidentielle 2017 à Saint-Denis

Résultat premier tour

CandidatVoix%Voix
Emmanuel MACRON13 95923,71%
Marine LE PEN13 00022,09%
Jean-Luc MÉLENCHON12 46721,18%
François FILLON10 70018,18%
Benoît HAMON4 3337,36%
Nicolas DUPONT-AIGNAN1 6252,76%
François ASSELINEAU1 0121,72%
Nathalie ARTHAUD6661,13%
Philippe POUTOU6551,11%
Jean LASSALLE3120,53%
Jacques CHEMINADE1340,23%
Nombre d'inscrits101 317
Nombre de votants61 941
Taux de participation61,14%
Votes blancs (en % des votes exprimés)2,52%
Votes nuls (en % des votes exprimés)2,45%

Présidentielle 2017 à Saint-Denis - EN DIRECT

00:10 - Résultats complets pour Saint-Denis de la Réunion

Pour le premier tour des élections présidentielles, Emmanuel Macron est déclaré vainqueur avec 23,71% des voix. Il est talonné par Marine Le Pen avec 22,09% des suffrages. Jean-Luc Mélenchon obtient également 21,18% des voix.

23/04/17 -  20:26 - Les résultats partiels donnent Mélenchon en tête

Pour la Réunion, le ministère de l'Intérieur vient de donner les résultats partiels du premier tour : c'est le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon qui arrive en tête dans ce bilan évolutif, avec 24,65% des voix. Il est devant la candidate FN Marine Le Pen, à 23,73%. En troisième position, Emmanuel Macron obtient 19,22%. Ces chiffres vont évoluer au fil de la soirée.

Présidentielle 2017 à Saint-Denis : les enjeux

Le 23 avril, les habitants de Saint-Denis seront amenés à désigner le nouveau président de la République. Quel candidat éliront-ils ? L'ensemble des observateurs ne manquera pas d'ausculter le comportement de ses électeurs une fois les urnes dépouillées, comme ils le feront pour la ville de Saint-Paul. Mais les derniers scrutins permettent déjà d'esquisser quelques pistes. À Saint-Denis, comme au niveau national, François Fillon s'est imposé à droite dans son duel face à Alain Juppé lors du second tour de la primaire. Dans l'agglomération de La Réunion, l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a obtenu 61,0% des voix des électeurs de droite qui se sont mobilisés pour le scrutin, contre 66,5% au niveau national. Le maire LR de Bordeaux a, lui, récolté 39,0% des suffrages. A l'occasion du second tour de la primaire de la droite et du centre (27 novembre dernier), 3 748 personnes ont trouvé le chemin des urnes pour contribuer à choisir le champion de la droite, selon la Haute autorité de la primaire. A gauche lors du second tour, la primaire citoyenne a désigné Benoit Hamon face à Manuel Valls le 29 janvier dernier. Quelque 3779 votants ont été recensés à Saint-Denis ce jour-là. Les électeurs ont dérogé à la tendance nationale en choisissant plutôt Manuel Valls que Benoit Hamon. L'ancien ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire et à la Consommation du gouvernement Ayrault n'a décroché que 38,7% des voix à Saint-Denis et ses alentours lors du second tour contre 61,3% pour Manuel Valls. A cette occasion, 13 bureaux de vote avaient été ouverts pour permettre aux militants et sympathisants de Saint-Denis de participer à la désignation du candidat de la gauche.

L'analyse de la participation aux primaires de la droite et de la gauche laisse donc présager une dynamique plus importante à gauche en ce qui concerne le résultat de l'élection présidentielle. Cette analyse demeure cependant fragile. En effet, hors les Républicains et le Parti socialiste (et leurs alliés respectifs), aucune formation politique n'a organisé d'élection ouverte pour désigner son champion en amont de l'élection présidentielle. Sur le papier, Benoit Hamon pourrait espérer profiter de la meilleure dynamique à gauche. Et les retombées médiatiques du Penelope Gate pourraient encore creuser l'écart au profit des candidats de gauche dans cette ville. Mais la campagne du candidat PS peine à obtenir un écho favorable et les sondages ne font plus de lui un candidat possible pour le second tour. Par ailleurs, Benoit Hamon n'est pas arrivé en tête à Saint-Denis et il est donc envisageable qu'une part des électeurs de Manuel Valls préfère soutenir Emmanuel Macron plutôt que Benoit Hamon. Au sein même du Parti socialiste, plusieurs figures nationales, dont Bertrand Delanoë, ont annoncé leur ralliement au fondateur de "En Marche". Leur défection pourrait être imitée. En plus de la concurrence Macron, le candidat du PS doit également faire face à la remontée dans les sondages de Jean-Luc Mélenchon. Lors de la présidentielle 2012, Jean-Luc Mélenchon avait rassemblé 6% des voix au premier tour.

Le cas Emmanuel Macron illustre parfaitement la difficulté à prédire l'issue du scrutin à Saint-Denis (il en va de même pour le résultat de la présidentielle à Saint-Joseph). Bien sûr, l'attirance dont bénéficie l'ancien ministre de l'Economie l'impose comme un prétendant incontournable de ce scrutin. Cependant, Emmanuel Macron n'a encore jamais laissé son destin politique aux mains des électeurs. Sa popularité actuelle pourrait finalement se révéler être une bulle sondagière. Il n'empêche : entre des Républicains plombés par les affaires et un PS dépassé par sa gauche, Emmanuel Macron peut tout à fait faire une réalité du face-à-face annoncé Macron-Le Pen au second tour. Marine Le Pen pourrait également réaliser un score non négligeable dans cette ville. Lors de la précédente présidentielle, l'ancienne conseillère régionale des Hauts-de-France avait réalisé un score de 10,4% au premier tour dans cette ville. Le poids de l'extrême droite à Saint-Denis pourrait croître lors de la présidentielle 2017.

Quel sera l'impact de l'abstention sur le résultat de la présidentielle à Saint-Denis ? Peu importe quels candidats se qualifieront dès le premier tour, que ce soit par choix politique ou par manque de lisibilité de l'offre électorale, l'abstention devrait sûrement faire office de grande gagnante du premier tour de scrutin. Jusqu'à présent, le scrutin présidentiel a toujours été roi en France avec une participation à l'échelle du pays avoisinant les 80% (66% à Saint-Denis au premier tour de la dernière élection présidentielle de 2012). Et pourtant, le désengagement électoral est bien en augmentation depuis 1958. Déjà, en 2012, François Hollande avait été élu en partie grâce à l'abstention de toute une frange des électeurs de la droite. En 2017, l'abstention pourrait séduire 32% des électeurs, selon le Centre de recherches politiques de Sciences-Po (Cevipof). L'abstention se révèle souvent être un refus du vote par défaut, alors que le vote de conviction ne joue que pour quelques candidats et que l'incertitude des électeurs est au plus haut. Selon le Cevipof, 43% des électeurs se déclaraient toujours indécis fin mars sur le bulletin qu'ils déposeront dans l'urne. L'ensemble des candidats cherche désormais à grappiller quelques points décisifs auprès d'eux.

Résultat élection présidentielle Saint-Denis
© Montage Linternaute.com